Soirée du Product Tank Paris autour de l’expérience utilisateur

0

Hier a eu lieu une nouvelle soirée du Product Tank Paris autour de l’expérience utilisateur. L’occasion de rencontrer et voir les présentations de Benjamin Servet, cofondateur de l’agence Nealite,  ainsi que l’équipe bordelaise derrière le produit Azendo.

 

1ère présentation: Le Design Thinking.
Benjamin est venu nous présenter le Design Thinking en tant que méthode permettant de créer un avantage compétitif dans un monde où une startup dans un pays émergent peut bouleverser votre marché.

Pourquoi le Design Thinking est-il devenu un avantage compétitif ? Tout simplement parce que cette méthode a pour objectif de construire une bonne expérience pour l’utilisateur. Or il y a actuellement une surabondance de produits (il suffit d’aller voir un marché d’applications sur Android ou iOS) et l’expérience que propose le produit lui permet de jouer sur la différentiation et l’engagement.

Le Design Thinking est d’ailleurs une méthodologie éprouvée enseignée dans les grandes écoles de business aux Etats-Unis comme Stanford.

C’est principalement une méthode de travail pour résoudre des problèmes basée sur plusieurs éléments ou étapes : définir, rechercher, générer des idées, prototyper, sélectionner, implémenter, apprendre. La représentation classique de cette méthodologie est le double diamant

Schéma trouvé à partir du PInterest http://pinterest.com/BikeFurious/design-models/

Cette méthode se base aussi sur des principes tel que la co-créativité, un design centré sur l’utilisateur, l’empathie avec celui-ci, une évolution permanente du produit en essayant d’épurer et de simplifier plus que de rajouter des fonctionnalités.

Benjamin nous présente aussi quelques outils comme la carte des parties prenantes ou la méthodologie RITE (plus d’info sur ce PDF ou sur cet article).

Si vous voulez creuser le sujet, j’ai déjà parlé du design thinking dans ces articles :

http://ux-fr.com/2011/08/31/utiliser-le-design-thinking-pour-arreter-de-construire-des-logiciels-sans-valeur/

http://ux-fr.com/2011/09/20/this-is-service-design-thinking-3eme-partie/

http://ux-fr.com/2011/09/19/this-is-service-design-thinking-2eme-partie/

http://ux-fr.com/2011/09/12/this-is-service-design-thinking-1ere-partie/

Et pour les plus courageux, un cours en ligne commence le 22 juillet sur Venture Lab (MOOC associé à Stanford) : https://venture-lab.org/designthinking

Je ferais parti des participants 🙂

 

2ème présentation par Pierre Renaudin, développeur principal sur le produit Azendoo.

Cette 2ème partie était un retour d’expérience sur le développement de l’expérience utilisateur chez Azendoo. En 2 ans d’expérience, l’équipe a réalisé 3 redesign de leur application.

Les slides sont ici.

Pour Pierre, une bonne UX est celle où l’utilisateur se sent assez en confiance pour inviter ses amis et d’autres personnes. C’est une interface où se sent confortable grâce à quatre éléments : la lisibilité, du contenu à jour, une interface réactive (par exemple utilisation des notifications même sur le site web) et enfin simple.  Il revient sur l’importance de peaufiner régulièrement l’interface. Il revient aussi sur les possibilités de customisation de l’interface pour améliorer l’expérience utilisateur. Personnellement j’aurais plutôt tendance à éviter ce genre de fonctionnalité mais il nous présente l’exemple de simplement changer le fond avec quelques options limitées qui n’a pas été longue à développer et a énormément de succès. Il revient sur le fait de se concentrer sur le cœur de la proposition de valeur du produit en introduisant d’autres fonctionnalités utiles par le biais  de services partenaires (Dropbox, Google Drive, Evernote …). Autre point indispensable d’une bonne expérience utilisateur faciliter l’inscription et l’engagement de l’utilisateur, pour cela Azendoo utilise les services d’authentification comme Google signup puis propose un tour du produit (ou onboarding en anglais, pour plein d’exemples c’est ici http://uxarchive.com/tasks/onboarding)

En ce qui concerne la méthodologie, l’équipe utilise différent type de retours utilisateurs :

  • « virtuels » directement sur l’interface
  • avec l’utilisateur en personne
  • tout simplement de l’équipe
  • de différents outils d’analyse tel que Google Analytics ou Kiss Metrics qui sont agrégés du site web, de l’application mobile et même des emails

L’équipe travaille ensuite dans des itérations très courtes d’une semaine et a mis en place un lundi dédié au debug et un vendredi dédié aux finitions.

 

Pour continuer la discussion Rendez vous au prochain Product Tank chez Xebia.

 

Et j’en profite pour dire que je vais tout faire pour relancer ma création d’articles sur ce blog que je n’avais que trop délaissé ces derniers mois (et qui ne semblait plus fréquenté que par des spams)

le rôle du PO est de satisfaire l’utilisateur!

5

En plus du développement logiciel et de l’expérience utilisateur, je m’intéresse beaucoup à la communauté Agile. Je compte même refaire des expériences en tant que ScrumMaster 🙂

Les méthodes Agiles représentent une nette amélioration dans le management du développement de produits et en particulier des logiciels. Cependant les concepts derrière ne sont pas encore toujours naturels et il y a encore beaucoup de discussions sur leur mise en pratique.

Le dernier débat a concerné les Users Stories (vous notez qu’on parle des histoires de l’utilisateur 😉 ).

Or au milieu de l’article, je lis « Le rôle du PO n’est pas de satisfaire les utilisateurs ».

Mais alors quel est le rôle du Product Owner ? Satisfaire son chef pour avoir une promotion ? Satisfaire son équipe ? sa femme ? son conseiller financier ?

Bon ok, je manipule l’information en ne citant pas le reste « Le rôle du PO n’est pas de satisfaire les utilisateurs. Il est de maximiser le retour sur investissement du produit. La différence, pour moi, se situe à deux niveaux : la prise en compte de l’ensemble des parties prenantes au projet, d’une part, et la prise en compte du long terme d’autre part ». Mais quand même!

C’est justement un des drames de certains produits: avoir laissé de côté la satisfaction de l’utilisateur. Un produit qui ne cherche pas à satisfaire l’utilisateur c’est au mieux de l’art au pire une arnaque mais ça n’a rien à faire dans une entreprise qui veut gagner de l’argent sur le long terme. Même pour un projet interne, par exemple dans une DSI, le but premier devrait être de satisfaire l’utilisateur et pas uniquement dépenser le budget de l’année.

Même un développeur quand il écrit du code, une API ou un logiciel Open Source doit faire en sorte que l’utilisateur soit satisfait ou au moins pas frustré. C’est d’ailleurs le but de ma présentation Faire du code centré sur l’humain.

En fait le rôle du Product Owner (ou tout responsable du produit) est de satisfaire l’utilisateur en priorisant cette satisfaction en fonction du ROI tout en prenant en compte les autres parties prenantes du projet. Seule la satisfaction de l’utilisateur permet de garantir le long terme.

Bon, après il y a aussi d’exemples de réussites commerciales qui ont malheureusement mis de côté l’utilisateur, mais je ne pense pas que ce soit une stratégie gagnante de nos jours où le nombre d’acteurs se multiplient et la qualité de l’expérience utilisateur augmente.

Mise à jour: Tiens ça tombe bien, cet article nous parle du manque de considération de l’expérience utilisateur dans les DSI et comment améliorer les choses. Il parle du concept de Développeur UX ce qui me plait bien 🙂

événement de la communauté dont la formation exceptionnelle Adaptive Path

2

D’abord un événement majeur a lieu le 10-12 avril avec la venue sur Paris d’Adaptive Path, un des studios les plus réputés en design d’expérience utilisateur, qui vient donner une formation de 3 jours en partenariat avec Octo technology. Le but est de fournir aux participants des bases solides pour appréhender la stratégie UX de création d’un produit, de la phase de réflexion sur la vision cible jusqu’à la conception de l’expérience utilisateur « idéale ».

Plus d’information ici: http://www.octo.com/fr/evenements/7-experience-utilisateur-enjeux-et-leviers

Plusieurs évènements organisé par l’association FLUPA partout en France mais vous trouverez sur Paris:

 

Nouvelle année et Information Architecture Day !

0

Bonne année à toutes et à tous !

Quelques nouvelles:

  • je cherche toujours d’autres contributeurs pour que ce blog soit encore plus vivant
  • je viens de rejoindre Xebia, cabinet de conseil et d’expertise technique, toujours en tant que développeur mais aussi Agiliste et surtout pour leur amener de nouvelles compétences autour de l’expérience utilisateur. Le but est bien sur une progression mutuelle sur le sujet pour développer des logiciels exceptionnels!
  • j’ai finis de lire « Don’t make me think » et j’avance assez rapidement sur « Designing Interfaces, 2nd Edition » donc attendez vous à voir apparaître les résumés ici même.

Enfin, pour bien commencer l’année, je fais circuller l’annonce de la 2ème édition de la Journée Mondiale de l’Architecture de l’Information (plus d’infos sur le groupe UX Paris sur LinkedIn)

UX Paris est heureux d’annoncer la 2e édition du World Information Architecture Day (Journée Mondiale de l’Architecture de l’Information) le 9 février prochain.

L’événement a lieu à La Cantine, de 9h30 à 19h00. La journée est ouverte à tous et gratuite grâce à la générosité de nos sponsors : MailChimp, Nealite et Dailymotion.

La journée comprend 7 conférences et 2 ateliers. L’espace étant limité pour les ateliers, nous ouvrirons les inscriptions en deux fois, les 14 janvier et 21 janvier à 14 h. Pour participer à un atelier, il faut obligatoirement s’être inscrit auparavant à la journée de conférence :

Vous pouvez vous inscrire ici : http://wiad-2013-paris.eventbrite.com/
Plus d’informations ici : http://2013.worldiaday.org/locations/paris-france

Ne vous inscrivez que si vous avez l’intention réelle de venir et, en cas de contretemps, merci de vous désister pour libérer votre place pour quelqu’un d’autre.

L’expérience utilisateur du nouveau site Transilien

1

Transilien, le site des réseaux ferrés d’Ile de France a récemment refait son site avec une importante communication.
Et le résultat me semble être un échec en termes d’expérience utilisateur. Le premier constat à l’utilisation du site est que l’ancien site (malheureusement non accessible même sur Google Cache) était plus clair. Seule question d’habitude ? Pas si sûr.
Il ressort que le rapport signal-bruit du site est très mauvais.
Surtout si on prend en compte le principal cas d’utilisation du site que je connais : rechercher l’horaire et le trajet qui nous arrange plus d’un point de départ A à un point d’arrivée B.

Commençons par le formulaire de recherche, je pense qu’on pourrait facilement enlever certains éléments et ainsi simplifier l’utilisation tout en gardant une interface classique, c’est-à-dire très proche de l’existant ou de sites similaires comme celui de la RATP ou de la SNCF. Ce dernier est d’ailleurs une très bonne surprise en terme d’UX.
Déjà les deux boutons « plans » affichent exactement la même fenêtre: pourquoi ne pas rapprocher les champs de recherche, unifier ce bouton et en profiter pour le remplacer par une icône ?
Quelle est la valeur ajoutée de la flèche à coté de « De » et « A » ? A quoi renvoi l’astérisque ?
Pourquoi ne pas indiquer seulement en titre « Votre trajet » en laissant les icones indiquant l’ensemble des moyens de transport (Bus, RER, Ratp ..). Ce sont des détails mais qui permettrait d’alléger sensiblement l’interface et la rendre plus agréable.


On arrive ensuite à la page de résultats. Je ne suis pas designer visuel mais je la trouve beaucoup trop chargée visuellement avec un mauvais contraste visuel. Les éléments tels que l’heure de départ et d’arrivée ou encore se déplacer chronologiquement dans les trains ne sont pas mis en avant et pourtant sont normalement les plus importants. Mon œil est principalement attiré par la zone supérieure où il n’y a pas les boutons suivant et précédent qui se retrouvent dans la partie inférieure (au contraire du bouton Ajouter à mes favoris qui est présent 3 fois et dont je ne me suis jamais servi!).  Le manque de direction et de clarté visuelle font que les informations sur le trajet (mode de transport, durée du trajet, heure de départ et  arrivée) se retrouvent en double. Il y a aussi un manque de cohérence par exemple pourquoi ne pas garder le style en XX min pour la durée du trajet au lieu de mettre sur la durée totale du trajet XXhXX.
Une action aussi importante que « modifier votre trajet » est mis en haut de l’interface sans design particulier pour la rendre facilement utilisable (surtout si on suit la loi de fitts).
Je ne sais quelles sont les contraintes et raisons qui ont poussé vers ce nouveau design ni quels en était les objectifs mais, si je prends mon besoin de rechercher le trajet qui me convient le mieux entre 2 lieux, la nouvelle interface est clairement perfectible.
C’est encore plus vrai quand on compare à des interfaces aussi simple et efficace que celle de Capitaine de Train ou celle de la SNCF. Le plus étonnant c’est que l’interface de l’application Android ou iPhone de Transillien est bien plus claire et efficace !
Peut être que le design de l’interface du site aurait du partir du design des versions mobiles (comme le préconise Luke Wroblewski dans son livre Mobile First. N°6)

J’espère que cet article génèrera des commentaires notamment de designers expérimentés.